L’érable sycomore

Posted on juin 25, 2019 | 0 comments

Acer pseudoplatanus

 

Indépendance, transformation, fécondité

 

L’érable, comme le cèdre, fait partie de ces arbres élus qui symbolisent une nation entière. Quoi de plus reconnaissable que cette feuille à 5 doigts, qui est la feuille de l’érable à sucre, et qui s’associe si bien avec le Canada, et avec le sucre d’érable qui a sauvé du scorbut bien des peuples. Attention cependant, l’érable à sucre est néanmoins un cousin de l’érable sycomore.

Le sycomore fait la joie des menuisiers, qui se servent de son bois lisse, blanc, tendre et facile à travailler ; des luthiers qui le transforment en son, parce qu’il compose les fonds des violons; des abeilles, qui s’abreuvent de son nectar pour le transformer en miel ; des enfants, qui le transforment en hélicoptères en jouant avec les samares, sans doute depuis la nuit des temps.

 

Personnalité de l’érable sycomore

 

Le sycomore est généreux dans ses fruits et à ce titre, il symbolise la fécondité ou l’éducation dans certains récits natif-américains.

L’érable sycomore est un rapide dans sa croissance et sa décomposition, mais il ne sait pas bien pousser droit. Ses branches s’entêtent souvent à pousser à leur manière, quitte à s’emmêler, et s’entrecroiser. Il aère les sols et les enrichit. Ses feuilles riches en azote sont vite transformées en humus par les micro-organismes. Il est rapide aussi dans sa capacité à cicatriser. Il fait un excellent protecteur dans les pentes raides aux éboulis fréquents car il se remet bien des chutes de pierres. Ainsi, d’autres essences peuvent pousser en-dessous de lui, sans risque.

Les natifs de l’érable, dans le calendrier celte, ne se satisfont pas de l’état des choses. Ils veulent aller plus loin dans la recherche des réponses et sont facilement prêts à remettre en question beaucoup d’éléments établis, quitte à mettre en péril leur sécurité ou leur besoin d’appartenance à une communauté. Ils savent sauter dans l’inconnu, même si cet inconnu est hostile. Mais comme le natif de l’érable aspire à y plonger accompagné de sa communauté, même si ce qui est une évidence pour lui ne l’est pas du tout pour les autres, il déploie des trésors de patience et de pédagogie, lui qui est pourtant si impulsif et impatient d’ « en découdre », afin de convaincre sa tribu de changer avec lui. Oscar Wilde, cité dans la Newsletter de mai dernier, est un natif de l’érable.

Sources :

Histoires d’arbres, Philippe Domont et Edith Montelle

Calendrier Celtique – Michaël Vescoli

Crédit photo de couverture de l’article – https://www.futura-sciences.com – Creative Common

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*