Le noyer

Posted on octobre 3, 2018 | 0 comments

Juglans

 

Motivation, autonomie, détermination

 

C’est en octobre que le noyer est le plus généreux. Prodigue de ses fruits, les noix, si connues pour leurs qualités nutritives, il nous inonde aussi de ses lumières et nous baigne d’une odeur presque entêtante. Les essences qu’il diffuse dans l’air sont connues pour donner mal à la tête à certains, à tel point qu’il est déconseillé de faire la sieste sous un noyer.

Et pour cause. Le noyer nous invite à nous mettre en mouvement. C’est, d’après Patrice Bouchardon, qui a fait de nombreuses recherches sur les bénéfices des arbres, l’arbre de la motivation par excellence. Il nous invite à être nous-mêmes et à prendre notre autonomie car les noyers ne poussent naturellement en groupement (en forêt) que là d’où ils sont natifs, d’après les recherches en paléobiologie (pré-histoire des plantes et des animaux), à savoir le Caucase, ou tout du moins la Mer Noire. Ils seraient venus avec les premières grandes invasions de l’Europe, avant les Celtes. C’est d’ailleurs un arbre important pour ces derniers qui place ses natifs sous le signe de l’intelligence (est-ce la forme des noix qui rappelle notre cerveau ?), de l’intériorité (voire du secret) et de la passion.

 

Le noyer produit un bois plutôt sombre, de grande qualité, très prisé pour l’ébénisterie, surtout quand il a vécu des anomalies (champignons parasites qui ont colonisé l’intérieur du tronc et ont créé des motifs extrêmement créatifs). La loupe de noyer en est l’exemple le plus frappant et elle est utilisée surtout sous forme de placages.

Les noyers cultivés pour leur noix ne sont pas du tout les mêmes que les noyers cultivés pour leurs futs. Les premiers sont autorisés à s’étendre, et à donner de toutes leurs branches des monceaux de fruits, alors que les seconds sont contrôlés, gainés par la proximité de leurs voisins, pour que leurs tronc se dressent droit et haut vers la lumière.

Le noyer se débrouille tout seul aussi pour la fécondation. D’espèce monoïque, ses chatons pollinisent les fleurs par le vent.

 

 

Application pratique

Un exercice guidé en lien avec cet arbre : Retrouver la motivation.

 

Sources

Accueillir l’énergie des arbres guérisseurs – Patrice Bouchardon

Calendrier Celtique – Michaël Vescoli

Tela-botanica.org

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*