L’intelligence collective au service de l’information territoriale

Posted on avril 18, 2019 | 0 comments

L’intelligence collective mise au service des systèmes d’information territoriale permet de soigner l’interface homme – territoire

Deux passerelles très différentes entre les humains et les territoires

La sylvothérapie propose une passerelle sensible entre les humains et la forêt (pour la faire court).

Les systèmes d’information géographique (SIG) sont des outils de modélisation, représentation et analyse du territoire. C’est une autre passerelle entre l’homme et le territoire. La sylvothérapie est une interface « chaude », sensible. Les SIG une interface « froide », objective.

 

L’intelligence collective, la forêt et les territoires

L’intelligence collective s’inspire fortement du fonctionnement des écosystèmes naturels, et en particulier de nos territoires forestiers.
Les arbres utilisent un système d’information ultra-performant, basé sur le réseau mycorhizien, comme cela a été récemment découvert.
Les SIG, quant à eux, mettent nos territoires en « base de données géographiques » afin que nous les comprenions avec nos têtes, et puissions prendre plus facilement des décisions en lien avec des problématiques de gestion ou d’aménagement complexes.
Ils sont souvent utilisés pour faire toujours plus d’aménagement quand nos coeurs nous dicteraient de faire plutôt du ménagement du territoire, comme le dit le passeur de mondes Eric Julien en parlant de comment les Indiens Kogi ménagent leur territoire, la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie.

 

Fertilisation croisée entre IC (intelligence collective) et IG (information géographique)

Les SIG, bien que partagés entre plusieurs services, voire entre plusieurs structures, ne sont pas aussi performants que ce réseau souterrain des champignons qui relient les racines des arbres, et que Peter Wohlleben a fait connaître au grand public dans La Vie Secrète des Arbres, en le présentant comme le Wood Wide Web.
Les SIG ne sont donc pas utilisés à leur plein potentiel. Il leur manque plus d’intelligence collective.

 

Reinventing GIS, un livre ouvert sur le sujet

Le document qui suit propose une réflexion de fond sur comment l’intelligence collective pourrait « fertiliser » les SIG dans leur état actuel pour leur donner ce plein potentiel. Il s’intitule « Reinventing GIS – L’intelligence collective au service de l’information territoriale« , en clin d’oeil au best-seller de management « Reinventing Organizations » de Frédéric Laloux.

C’est un « livre blanc », à savoir qu’il est modifiable dans l’esprit de l’Open Source. N’importe qui peut le compléter, le corriger, dans le respect de ce qui a été fait par les auteurs précédents. Il est proposé en licence Creative Common, Share Alike (Partage des conditions à l’identique), By (citer la source).

 

Lire le livre ouvert

 

 

Contribuer au livre ouvert

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*