S’abandonner à la différence

Posted on juillet 14, 2017 | 0 comments

« S’imprégner des ensauvagements sylvestres, c’est nous laisser immerger dans le grand concert de la vacuité organique. On se conforme à un ordre. On s’adonne à la vacuité ». Bernard Boisson

Un jardin est un refuge sans ailleurs. La forêt primitive est un ailleurs sans refuge. » – Bernard Boisson

 

 

 

AlteritéLorsque je pénètre dans la forêt,Alterité

Quand j’entre en forêt

Comme on entre en retraite,

Je suis immergé d’êtres vivants tout autour de moi.

Tous très différents de moi,

Autant de façons d’ « être au monde »,

Radicalement étrangères à ce que je connais.

Ici, l’étranger, c’est moi.

La forêt n’est pas un décor,

Elle est l’acteur.

Et moi, je suis le passant qui passe au milieu du tournage.

Ce n’est pas moi qui traverse la forêt,

C’est la forêt qui me traverse.

Et je peux désormais me laisser traverser par elle.

Accueillir ces manières d’être au monde

Sans jugement,

Et m’émerveiller de leur diversité.

Cette tique antipathique,

Ce vénérable érable sycomore,

Ce réseau micorhizien invisible qui relie toute la forêt de ses filaments souterrains,

Cette hulotte qui hulule,

Ou encore cette magnifique ancolie qui déploie sa voilure ultra-bleue,

Sont des formes de vie tellement éloignées de moi…

Et pourtant…

Et pourtant…

Les mêmes molécules nous composent,

La même macro-molécule nous détermine (l’ADN),

Les mêmes principes du vivant nous gouvernent.

Homéostasie, adaptation, reproduction, respiration…

 

Et pourtant…

Un ancêtre commun entre chacun d’eux et moi.

Quelque part dans l’Arbre.

Non plus celui au pied duquel je médite sur tout cela,

Mais celui de l’évolution.

Quelque part dans l’Arbre de l’évolution des espèces, il y a systématiquement un ancêtre commun entre n’importe quel être vivant et n’importe quel autre.

De quoi donner le vertige.

Est-ce pour cela que je me sens plus proche de cet écureuil qui sautille que de cette bactérie du sol que je ne peux même pas déceler ?

Et alors, que dire de mon voisin de bureau ou de palier, avec qui je croyais être en conflit ?

 

 

Dans l’immense toile de la vie, nous sommes tous différents, et pourtant tous reliés.

Chacun y a sa place.

Et cette place est remise en jeux à chaque instant.

Pour évoluer et devenir une nouvelle place dans un équilibre instable, stable en chaque instant.

La diversité est une force, car chaque niche est occupable et occupée.

Et je suis un des nœuds de cette toile.

Moi et mon unicité.

Dans cet océan d’alterité.

Je peux lâcher les jugements et les peurs.

J’ai ma place et j’ai la confiance que j’ai le droit d’être là.

Pas plus.

Pas moins non plus.

La forêt me le montre et je le vis avec tout mon être.

Il ne s’agit plus d’une information théorique

mais d’une expérience immersive.

Je peux m’abandonner à cette différence.

Et écouter ce qu’elle a à m’apprendre, paradoxalement, sur moi.

Grâce à l’effet miroir de la forêt,

le principal bienfait de la forêt.

======> Lire la suite

 



linkedin share button

 

Alterité

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*